Vigilance et hyper-vigilance

Vigilance et hyper-vigilance

Partagez cet article

L’autre jour, j’avais une discussion avec un collègue hypnotiste et à un moment nous avons abordé rapidement le sujet de l’hyper-vigilance, qui est une des (nombreuses) difficultés quand on met quelqu’un en hypnose.

La vigilance, on voit à peu près à quoi ça correspond : un état d’esprit ou une attitude de veille active, attentive. On est veille, comme un vigile qui surveille ce qui se passe, toujours prêt à réagir. La vigilance se réfère à une situation.

L’hyper-vigilance serait un excès de vigilance par rapport à une situation potentiellement dangereuse ou perçue comme telle.

Au-delà des ces définitions un peu techniques, dans le langage courant, le terme d’hyper-vigilance est associé à une forme d’anxiété par rapport à des situations banales. Ce terme désigne aussi une difficulté plus ou moins permanente à lâcher prise, se laisser aller, se laisser faire. Par extension, l’hyper-vigilance paraît incompatible avec le principe de se faire hypnotiser.

Le problème, vous l’aurez compris, c’est qu’une personne anxieuse peut avoir du mal à profiter des bienfaits immédiats d’une séance d’hypnose au niveau de la détente nerveuse. Une difficulté à entrer en hypnose ou à rester sur des états hypnotiques superficiels, ça peut aussi amoindrir les résultats différés par manque de conviction. Le doute s’installe et le travail peut en être affecté.

C’est un sujet complexe et on utilise un seul mot pour désigner une infinité de situations différentes. D’abord, on peut dire que l’hyper-vigilance est normale pour une personne anxieuse ou angoissée. Même pour n’importe qui, le contexte de la séance d’hypnose peut s’avérer anxiogène. C’est la responsabilité de l’hypnothérapeute de savoir prendre en compte que les gens ont besoin de savoir qu’ils sont en sécurité. La confiance n’est pas toujours suffisante mais elle est essentielle. D’une manière générale, au moment d’entrer en hypnose, l’hyper-vigilance est la norme.

Il ne faudrait pas inverser les responsabilités en reprochant aux personnes d’être trop sur leurs gardes ou pas assez hypnotisables.

Il y a des techniques pour gérer ça, en accord avec les possibilités de la personne à l’instant t , en prenant le temps d’explorer progressivement et toujours fondées sur le consentement éclairé. Le but n’est pas de rendre les gens passifs et obéissants. C’est même l’effet contraire qui est recherché.

L’hypnose fonctionne sur l’attention. C’est principalement l’orientation de l’attention qui crée l’hypnose. Un grand classique, c’est la fixation prolongée d’un point ou d’un objet. La fameuse montre à gousset de l’hypnotiseur, c’est un support pour diriger et maintenir l’attention sur une chose unique, jusqu’à ce que tout ce qu’il y a autour semble s’éloigner ou s’absenter. On pourrait dire qu’il s’agit d’une forme extrême d’hyper-vigilance, orientée, canalisée.

C’est pour ça qu’on dit que le seul fait d’entrer en hypnose est le début d’une réaction en chaîne positive 🙂

Merci de votre attention

Emmanuel 0682150905

Plus d'articles