Pluviophilie

Partagez cet article

La pluviophilie, cela veut dire qu’on aime la pluie. Je ne sais pas si ça méritait qu’on invente un mot pour ça mais ça existe vraiment, des gens qui aiment la pluie. J’en fais partie. Ce n’est pas grave même si c’est un peu bizarre.

J’aime cette ambiance. Peut-être parce que mon enfance est irrémédiablement associée à la pluie fine de Normandie. Dès que je sens l’odeur de la terre mouillée, la fraicheur pure de l’air, c’est comme si j’avais attendu la mousson. Ca me libère. J’ai l’impression que tout est pur, propre . Ca efface mes ardoises mentales.

Je me souviens d’un ami de mes parents quand j’étais adolescent. Il me disait souvent « toi, tu es un peu poète « . Dans sa bouche, ça ne pouvait pas être un compliment, pas vraiment une insulte, pas vraiment un reproche. Ca sonnait un peu comme une condamnation. Et je ne savais vraiment pas comment répondre à ça.

Factuellement, il n’avait pas tort parce que je lisais de la poésie et il m’est arrivé de commettre quelques tentatives de poèmes et de chansons. Mais dans sa vision, qui était celle d’à peu près tous les parents que je connaissais, être catalogué comme « poète « , cela signifiait sensible donc efféminé, à l’aise avec le langage donc subversif, détaché du monde matériel donc inexploitable, centré sur soi donc incontrôlable, pensif donc dangereux.

Ce terme qui sonnait pour moi comme une agression était l’expression de son angoisse par rapport à un gamin qui ne validerait jamais son logiciel. De toute façon, le système qu’il représentait ne voulait pas de moi. On aime bien les poètes tant qu’on ne les fréquente pas.

Je ne sais pas pourquoi je pense à lui en écoutant la pluie. D’ailleurs il doit être mort d’une cirrhose à l’heure qu’il est. Je suis sûr qu’il détestait la pluie. Pas parce qu’il préférait le beau temps mais parce que la météo lui renvoyait que malgré ses grands airs, il n’avait pas le pouvoir de contrôler quoi que ce soit.

Quand on ne peut pas contrôler les choses ou les gens, c’est à dire à peu près tout le temps, il faut pouvoir s’adapter mais pour ça, il faut un peu de souplesse dans le cerveau. Il faut être un peu poète.

Bon week-end ☀️

Plus d'articles