Résistance à l’hypnose?

Résistance à l’hypnose?

Partagez cet article

Parmi les questions qui occupent les gens qui travaillent avec l’hypnose, il y a une question persistante, comme un gravier dans une chaussure.

Il y aurait des personnes hypnotisables et des personnes résistantes. Et donc une condition pour que l’hypnose apparaisse et qu’elle fonctionne, ce serait cette notion d’hypnotisabilité ou de résistance.

Ces raccourcis ne font que rallonger l’itinéraire qui mène à l’expérience hypnotique, si riche en prises de conscience.

Si on pose que telle personne est résistante parce qu’elle n’a pas réagi à mes suggestions, je me fourre le doigt dans l’œil car qu’est-ce que j’en sais?

Comment peut-on parler de résistance à un phénomène dont on ignore la nature? L’hypnose est-elle naturelle, spirituelle, neurologique ou surnaturelle ? Si vous arrivez à répondre, je vous offre le café avec les croissants.

Ensuite il faudrait être d’accord sur des questions essentielles : qui détermine que la personne est en hypnose et selon quels critères ?

Les critères techniques de l’hypnotiste ? Battements des paupières, inhibition du réflexe de déglutition, spasmes, qualité de la respiration, visage symétrique comme repassé au fer, désorientation temporelle, hallucinations, somnambulisme ?

D’une part , très peu de personnes peuvent cocher toutes les cases, ensuite ça ne prouve rien car la personne hypnotisée peut ne pas « se sentir » en hypnose malgré ces signes physiologiques.

En fait et c’est au coeur des incompréhensions, si je postule qu’une personne est fondamentalement résistante, j’en fais une personne résistante.

Ce qu’on appelle résistance peut être décomposé en plusieurs facteurs :

Le temps: est-ce qu’on donne à la personne le temps nécessaire pour que ça se passe. Par exemple, l’idée d’un mouvement autonome dans une session d’écriture automatique, ça prend du temps pour s’installer.

La confiance : est-ce que la personne est en confiance par rapport à l’hypnotiste, par rapport à ses propres réactions, ses propres capacités ? L’hypnotiste a-t-il confiance dans les capacités de la personne ?

La peur et la pression : la peur de soi-même, la pression de vouloir bien faire , la volonté de lâcher prise, ce qui est contradictoire mais parfaitement légitime.

L’anxiété de performance de l’hypnotiste qui risque d’en faire trop au lieu de rester à sa place et d’écouter .

Si on parle de résistance, et ce terme en vaut bien un autre, alors on peut dire que ces résistances naturelles peuvent s’apaiser quand le contexte s’y prête, mais qu’elles peuvent être amplifiées par les tensions de l’opérateur.

Merci de votre attention

Belle journée

Emmanuel 0682150905

Plus d'articles