Le crime ne prend pas de vacances

Le crime ne prend pas de vacances

Partagez cet article

Pour les super-héros du quotidien, il n’y a pas de vacances. Les contraintes et les obligations ne prennent pas de vacances. Pas de répit, aux mieux quelques heures de vide ici et là, pendant lesquelles on peut penser et s’organiser, se préparer mentalement pour la prochaine galère. Plus que du repos, c’est des moments d’attente et de tension.

C’est quelque chose que j’observe beaucoup en cette période de rentrée. Ce n’est pas vraiment de l’anxiété, pas vraiment du stress, plutôt une fébrilité ou une agitation. Quand la fatigue s’accumule, on peut avoir tendance à tout planifier, tout anticiper, tout contrôler, tout optimiser, et ainsi perdre toute capacité à se reposer et prendre du recul sur les choses.

Et ce qui se passe, c’est qu’au bout d’un moment, il n’y a plus de différenciation, tout est urgent, tout est important, tout est vital, tout est grave. Au bout du bout, ça ne fait que donner plus de stress, plus de fatigue et plus de problèmes. Les choses ne se passent pas forcément comme on les anticipe, l’optimisation trouve ses limites car le rapport effort/bénéfices finit pas s’inverser, l’entourage fait de l’obstruction à l’organisation, souvent les proches n’ont rien demandé et ils subissent le besoin de contrôle de la personne épuisée. Des conflits apparaissent, avec toutes les conséquences que ça implique.

C’est une spirale de l’enfer. La fatigue augmente le besoin de contrôle et le besoin de contrôle augmente la fatigue. Ca ne fonctionne pas. Le pire, c’est que pour la plupart des trucs qu’on doit gérer au quotidien, c’est toujours à peu près la même chose. Quand vous avez passé un an quelque part, vous avez géré 80% des problèmes courants. Ca ne nécessite pas d’anticipation particulière.

Une personne moyennement reposée n’a pas besoin de tout optimiser, organiser, diriger, planifier, etc.. Les priorités sont claires, les interactions sociales sont fluides, les problèmes répétitifs sont traités sans dépense inutile d’énergie.

Ce qui est dingue, c’est que ce n’est pas inaccessible de retrouver un équilibre nerveux et émotionnel, de prendre du recul et de lâcher prise quand c’est nécessaire. Je ne dis pas que c’est facile pour tout le monde mais c’est possible dans une certaine mesure. Oui, même pour vous.

En fait, c’est beaucoup plus simple quand il suffit de suivre une voix et des suggestions simples, quand il y a un certain cadre et qu’on a identifié l’importance de prendre un peu de temps pour tout oublier et recharger ses batteries. Il y a tellement de choses qui dépendent de votre niveau de fatigue.

merci de votre attention

Emmanuel 0682150905

Plus d'articles